LIRE & ECRIRE

Ce groupe se veut ouvert à tous ceux qui aiment la musique des mots de notre belle langue française. Il aurait pu s'appeler nid de plumes, puisqu'il a vocation de réunir les amis de l'écriture... comme de la lecture !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 Chapitre 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fee_Gnomene
Admin
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 24/11/2008
Age : 50
Localisation : Saint Denis (93200) France

MessageSujet: Chapitre 4   Mar 27 Jan - 17:25

Chapitre 4. Mensonges et Trahison.

Sanderus et Bollens, assis dans le petit square, comme si il ne l’avait pas quitté depuis la veille, attendaient le signal de Gazoil. Au bord de l’avenue trois camions de teintes et de marques différentes abritaient le groupe d’intervention sous la Direction du commandant Vigneron.

A l’autre bout du GSM de Sanderus, Cambréziers s’agitait « vous êtes dans un quartier paisible, habité par des gens influents, surtout éviter le bruit et ne tirer qu’à la dernière limite. J’ai donné des instructions précises, répétez-les à vigneron. » « Si je comprends bien, on peut se faire tuer, mais sans bruit, pour ne pas réveiller les électeurs, quatre semaines avant les élections. »

« Tais-toi »fit Sanderus, Gazoil venait d’apparaître à la fenêtre du second étage, la porte de rue était ouverte.

Les hommes de Vigneron se ruent dans le bâtiment, en quelques instants, les quelques Chinois présents sont maîtrisés. Ils sont tous émigrants de longue date, possèdent des permis de séjour en règle et travaillent régulièrement, comme le confirme Cambréziers au téléphone, les deux blessés, laissés pour mort par leurs compatriotes , et qui sont sortis du coma.

Ensuite on découvrit Peggy au quatrième étage,

Elle portait des menottes, assise sur unchaise face à un bureau vide, où le fauteuil tournant vibrait encore du départ de son hôte.

Sur le bureau, la clé des menottes que Peggy n’avait même pas remarquée, tant elle était troublée par l’espoir d’être libérée.

On fait le point, Lin Py you n’est as dans le bâtiment ni après vérification dans son hôtel porte Louise.

Sanderus cherche Peggy qui n’a pas rejoint les forces de l’ordre. Un des membres du groupe Diane, une femme vient de prendre une voiture dans le garage, Je suis arrivé trop tard pour l’en empêcher. On avait reconnu la voiture de Lin Py you conduite par Peggy, Sanderus pense immédiatement qu’elle suit une piste, et cherche le moyen de la rejoindre.

Mais, il fallut déchanter, les Chinois prisonniers parlent unanimement de leur chef qui est une femme et décrivent Peggy.

L’après midi, Lin Py You fut appréhender à l’aéroport national au moment où il voulait s’embarquer sur un appareil hollandais qui se rendait Amsterdam.

Il joue, tout d’abord l’indignation, mais il avait usage de faux papiers, ce qui le mettait en difficulté.

Dans le bureau de la sûreté, il avoua qu’il était venu de Chine, par ce qu'il avait bien connu Despiens qui avait passé quelque temps dans la prison de Shanghai, à la suite d’une discussion avec le président Mao.

Peggy Lange lui avait écrit pour venir identifier celui qui se faisait passer pour le vieux révolutionnaire.

L’arrestation de Peggy «était prévue entre eux pour donner confiance au faux Despiens qui se méfiait de la jeune femme.

Peggy s’est envolée pour Shangaï avec un passeport diplomatique.

Tout ceci méritait réflexion. Pouvait-on se fier aux déclarations de Lin Py You qui portait un autre nom, lorsqu’il était directeur de la prison, avant de devenir actuellement importateur de thé vert.

Adrienne Langevin n’hésite pas un seul instant « Ma fille, pardon notre fille, est assez excentrique mais c’est une démocrate dans l’âme, elle croit toujours convertir les adversaires, mais j’ai peur qu'elle se fasse écraser.

Jacques, je t’en prie va voir ce qui se passe sur place. Je vais te faire couvrir par un document de mission diplomatique de la CE qui sera chaudement approuvé par le premier secrétaire de l’ambassade de Chine.

J’ai placé ses deux filles dans une école de prestige et il tient à me faire plaisir.

Notre trio d’aventuriers décida de ne pas se séparer, Gazoil était précieux, le seul à parler le chinois mandarin, mais aussi le slang des prisons, il restait évasif sur ce sujet, et même le Pinguin ce mélange d’anglais et de chinois en usage dans tout le Pacifique.

Le seul Bollens émit des réserves qui allait nourrir son chat. En fait, à part un voyage à Londres et à Paris avec Sanderus, il n’avait jamais quitté Bruxelles.

La confection des bagages fut une épopée et si on avait suivi Bollens, il aurait été nécessaire de louer un avion cargo.

Enfin prêts, le billet de Cathay Airlines en main, ils prirent le départ pour l’Orient.

Gazoil, rhabillé de neuf par Sanderus était tout fier et guilleret, Bbollens envisageait des catastrophes mais comptait sur Jacques pour tout arranger. Celui ci était soucieux, il pensait à sa fille.

* * *

Jef dors, subitement, il a la sensation de glisser dans un matelas de plume. Il fait chaud, puis il reprend conscience, malgré ses appréhensions il plonge dans le sommeil par intermittences tant ce voyage lui parait long.

Ses ailes sont étendues sur des flocons de laine blanche effilochés, il plane, le bruit des moteurs le berce. Il s’éveille, ses yeux engourdis de fatigue regardent de petits nuages rebondis par le hublot teinté. Il entend parlé Chinois d’une voix aiguë, il ouvre les yeux à nouveau pour reconnaître Gazoil qui reçoit des mains d’une hôtesse une sorte de gelée transparente violette qu’il déguste avec passion.

Ce voyage ne finira donc jamais pense le policier.

Au dehors le soleil se lève dans un ciel glacé, le quadrimoteur de la Cathay Airlines survole les nuages qui se colorent de rose.

Sanderus regrette de ne pas voir le sol de cette mystérieuse Asie. Une annonce en anglais lui apprend qu’ils viennent de survoler la chaîne de l’Himalaya.

L’avion amorce sa descente vers l’empire céleste.

Plus tard toutes les têtes se penchent, la radio de bord les prévient à travers les nuages qui se dispersent on voit la Grande Muraille.



Fin du Chapitre n°4
Revenir en haut Aller en bas
http://partirailleurs.canalblog.com
 
Chapitre 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spoil Bleach chapitre 274
» Bleach - Chapitre 322 BKT
» Bleach - Chapitre 423
» Chapitre 511
» One Piece Chapitre 535 :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIRE & ECRIRE :: "Peg de mon coeur"-
Sauter vers: