LIRE & ECRIRE

Ce groupe se veut ouvert à tous ceux qui aiment la musique des mots de notre belle langue française. Il aurait pu s'appeler nid de plumes, puisqu'il a vocation de réunir les amis de l'écriture... comme de la lecture !
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Forum

Partagez | 
 

 épisode 15 - Vacances au pays fou...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Messages : 503
Date d'inscription : 15/11/2008
Age : 64
Localisation : Belgique

MessageSujet: épisode 15 - Vacances au pays fou...   Lun 8 Déc - 20:35

Chapitre 15 - Vacances au pays fou...


Chose promise, chose due : Mourad est du voyage ! Koala n’a pu accompagner cette fois, car ses parents avaient prévu de partir ailleurs aux mêmes dates, mais on s’est promis que ce serait « partie remise »...

Ludovic et Mourad découvrent donc Israël pour la première fois et leur bonheur fait plaisir à voir... même si, pour les habitués, l’inflation de présence militaire dans tous les endroits un peu peuplés gâche vraiment le plaisir.
Il s’imprègne partout une tension inhabituelle, et les regards méfiants sont tels que l’on se sent constamment surveillé, ce qui ne rend pas vraiment « cool » comme disent les garçons !

A la villa, tout a été rendu des plus accueillant par la précieuse Latifa et ses trois fils, rentrés dès le surlendemain du mariage de Sara et Ange avec l’indispensable Romain.

Ce dernier serait bien resté plus longtemps auprès d’Alexandre dont il était devenu très amoureux, mais la séparation ne devait durer que deux semaines, le temps du camp scout à l’Abbaye d’Orval des garçons, qui s’était d’ailleurs admirablement bien passé. Ludovic et Mourad y avaient fait leur promesse et passé leur « tenderfoot », première épreuve de la vie du scout ! De plus, ils avaient été « totemisés », ce dont ils étaient très fiers tous les deux, respectivement « Chat » pour Ludo et « Marcassin » pour Mourad, ce qui leur allait comme une paire de gants ! Ils auraient décidément beaucoup de choses à raconter...


Si Ludovic était triste d’avoir dû quitter son toujours ami Koala, il se réjouissait pourtant de retrouver le beau Nader dont il espérait toujours profiter des faveurs...

Il ne changeait donc pas et restait plutôt fort porté sur le sexe… prouvant ainsi que les jeunes ados peuvent avoir une sexualité, parfois même débordante !


A son retour en Israël, Latifa avait apprit la triste disparition de la famille de son cousin à Ramallah, victime des bombardements incessants de l’armée Israélienne, qui laissait sur le carreau ses deux jeunes filles de treize et douze ans, Nadia et Raja, presque jumelles...

Son cousin et l’épouse de celui-ci étaient morts avec leur fils de quatorze ans dans la destruction de leur maison; les filles n’avaient dû leur salut qu’au fait qu’elles avaient été envoyées faire des courses au marché !

Latifa avait donc recueilli ses jeunes cousines, non sans difficultés d’ailleurs, et elles logeaient toutes deux dans l’ancienne chambre de Sara que leur « tante », comme elles l’appelaient, avait arrangée en hâte pour elles. Les affaires de Sara avaient été mises dans des cartons pour son retour de voyage de noces. De toutes façons, elle ferait désormais partie des « invités » de cette maison, pensait sa mère avec justesse !

Alexandre ayant demandé à Romain de ne rien changer à ses habitudes à la mort d’Amos, ce dernier était donc resté dans la chambre principale, celle du « maître » de maison, Alexandre ayant toujours gardé la sienne, contiguë à travers la salle de bains qui les séparait. Cette chambre communiquait aussi avec l’ancienne chambre de David quand il était enfant, et c’est là que Ludovic fut invité à s’installer désormais : si David venait encore dans l’avenir, ce serait avec son épouse Isis, et ils prendraient une chambre d’amis avec lit double.

Ludovic adora tout de suite cette jolie chambre superbement décorée, avec sa petite salle de bain particulière faite d’une douche et d’un lavabo rien que pour lui, situés en bout de cette aile ! Pour la facilité du service, toutes les pièces avaient cependant une porte donnant sur le couloir, tant les salles de bains que les chambres, ce que Ludovic trouva tout de suite très pratique pour des rendez-vous nocturnes éventuels et… coquins !

Les autres invités, tels Ange et Sara dès qu’ils arriveraient, seraient logés dans l’autre aile, l’aile gauche, qu’habiterait seul Mourad pour l’instant. Pour la facilité du service encore, un escalier de l’Annexe communiquait directement avec ce côté de la maison, un long couloir central en « U », desservi par un magnifique escalier central, faisant communiquer tout le reste de la maison que nous connaissons déjà (voir tome I). Au rez-de-chaussée, les pièces de réception n’avaient pas changé, si ce n’est que le « salon-serre » formant le pendant de l’Annexe à droite de la maison était maintenant accessible à tous, ce qui n’était pas vrai du temps d’Amos qui se réservait cet endroit.
Romain, qui avait la main verte, avait appris d’Amos comment soigner les magnifiques plantes exotiques de toutes sortes qui poussaient là, comme dans le jardin d’ailleurs. Un jardinier extérieur venait parfois pour les gros travaux, sinon Romain, avec l’aide de Nader et parfois Sami qui commençait à s’y intéresser également, suffisaient à la tâche.

Cette serre était magnifique, du temps d’Amos déjà, et elle contenait toujours des bosquets fleuris et certaines plantes rares, dont celles trop délicates pour rester à l’extérieur où il faisait parfois très froid la nuit et trop chaud le midi en plein été. Il faisait là une température constante de 25 degrés, avec un taux d’hygrométrie proche des 90 %, ce qui convenait parfaitement aux espèces gardées là pour l’admiration des visiteurs. Romain avait établi là ses quartiers, comme Amos en son temps, et les meubles d’osier qui meublaient cet endroit avaient été choisis avec beaucoup de goût.

La serre était donc en prolongement du grand salon d’apparat occupant toute l’aile droite sous les chambres d’hôtes, particulièrement confortable lui aussi, contenant tout un rayon de livres de toutes sortes pouvant intéresser les invités comme les propriétaires du lieu.

Sous les chambres des invités de l’aile gauche communiquant avec l’Annexe, se trouvait donc la grande salle à manger, et derrière le grand escalier central, fermant le « U » au centre, un bureau bibliothèque, en principe réservé au maître de maison, mais qui, depuis la mort d’Amos, n’avait plus beaucoup servi, sauf à Romain quand il voulait y faire les comptes tranquillement, l’ordinateur s’y trouvant.

Ludovic allait partout, curieux du moindre recoin de cette maison magnifique qu’il découvrait avec ravissement. Dès le premier jour, aussi, il profita avec les autres de la piscine où l’eau était délicieusement chauffée par un soleil généreux qui, en plus, vous séchait en un rien de temps !

C’était presque devenu un rituel que les garçons ne manquaient pas d’accomplir le premier après-midi qu’ils arrivaient ici : la conquête de la piscine et du jardin magnifique qui l’entourait, bien à l’abri des regards extérieurs indiscrets protégé qu’il était par ses haies de bougainvillées et de rhododendrons très épaisses, ce qui permettait le naturisme en toute quiétude !

Nader avait repris ici son rôle de « serviteur », et Ludovic râlait de ne pas le voir se joindre à eux dans l’eau. Par contre, Mourad, un instant intimidé et descendu en maillot de bain, quitta très vite celui-ci lorsqu’il constata qu’il était le seul à en porter un, Alexandre et Romain étant nus dans l’eau comme Ludovic, aussitôt adapté et au courant de la coutume : ici, pas de marques de maillots !...

Mourad remarqua cependant deux petites têtes de filles qui les observaient au coin de la maison, côté Annexe... et il se promit aussitôt d’en savoir plus sur ces demoiselles si curieuses de voir de jolis garçons se baigner nus !

Aussitôt dit, aussitôt fait : emportant son maillot qu’il a remis, caché derrière un bosquet d’hibiscus en fleurs, il fit le tour de la maison, se cachant d’arbre en bosquet fleuri comme un Sioux pour, ayant contourné l’Annexe également, arriver derrière les demoiselles qui, avec des petits rires, se montraient du doigt les garçons dans l’eau...

- Il en manque un ! s’étonna celle qui semblait la plus grande.
- C’est vrai ! Où donc est-il passé ?
« Tiens donc ! se dit Mourad, elles parlent donc français ces délicieuses petites ! » . Et tout haut, sortant de sa cachette :
- C’est moi que vous cherchez, mesdemoiselles ?

Les deux jeunes filles, pétrifiées et rougissantes ne savaient plus par où fuir car Mourad était placé entre elles et l’entrée de l’Annexe située dans l’angle fait avec la maison.

Content de son effet, Mourad fanfaronne :
- Eh bien, ces jolis oiseaux ne pépient donc plus ? se moque-t-il.

Piquée au vif par la moquerie, l’aînée des soeurs se défend :
- Nous ne faisons rien de mal !
- Bien sûr que non, mademoiselle : juste reluquer de jolis garçons en train de se baigner tous nus !
- Et alors : on ne vous oblige pas d’être nus, que l’on sache !
- Oh, mais elle a de la répartie la jolie demoiselle ! Peut-on aussi savoir vos prénoms ?
- Je m’appelle Nadia et voici ma soeur Raja. Nous sommes les cousines de Latifa...
- ...et donc aussi les cousines de Nader ! Bien sûr ! Il nous a parlé de vous tout à l’heure... Mais pourquoi ne pas venir vous baigner avec nous, plutôt que de nous regarder ?
- Oh, jamais ma tante ne serait d’accord ! Pourtant, la piscine est bien belle, et nous en avons profité une seule fois avant votre arrivée.

Mourad, qui n’est pas à court d’idées lorsqu’il s’agit de drague, trouve vite une solution pour revoir ces demoiselles :
- Si vous voulez, venez ce soir après le coucher de tout le monde : je viendrai aussi... Je suppose qu’il fait doux la nuit en cette saison ?
- Quelle bonne idée ! lança à son tour la petite Raja. Moi, j’adore l’eau et je viendrais bien ici toutes les nuits si je l’osais !
- Eh bien c’est dit ! Rendez-vous ce soir à partir d’onze heures : je suis sûr que tout le monde se couchera tôt parce que fatigués du voyage...
- Et toi, tu ne seras donc pas fatigué ? interrogea encore Nadia comme en se moquant.
- Non, jolie Nadia, pour tes beaux yeux je surmonterais toutes les fatigues du monde !

Sur cette déclaration, les deux fillettes s’enfuirent vers l’Annexe avec des petits rires, et Mourad rejoignit la piscine où Ludovic se baignait toujours, tandis qu’Alexandre et Romain étaient étendus dans un coin d’ombre, servis de jus de fruits par Nader qui venait de les apporter.

- Où donc étais-tu passé ? Je t’ai cherché partout...
- Viens ici que je te raconte !

Et Mourad se mit en devoir de décrire ce qu’il venait de vivre avec les deux fillettes « déjà bien faites, mon vieux ! », et le rendez-vous qu’il leur avait donné pour le soir même à la piscine...

- Bah, les filles ne m’intéressent pas vraiment...
- Qu’en sais-tu, tant que tu n’auras pas essayé ? Moi j’en ai marre de jouer à « touche pipi » avec les copains, j’ai envie de goûter à la femme !
- Holà ! Comme tu y vas ! Crois-tu qu’elles vont se laisser faire comme ça, du premier coup ?
- Sans doute pas, Ludo, mais on peut les « travailler », non ? Avec un peu de patience et de constance, on devrait arriver à nos fins si on arrive à les rendre amoureuses, non ? Elles ont le sang chaud par ici ! C’est peut-être notre chance, il ne faut pas la rater !
- Tu as peut-être raison... Ce soir, alors ?
- Ce soir, oui, lorsque tout le monde dormira...

.../...

Revenir en haut Aller en bas
http://gaykoala.skyrock.com/profil/
 
épisode 15 - Vacances au pays fou...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'épisode tant attendu.
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach
» [Ciné...] Alice au Pays des... cauchemars !!!
» [SPOILER] Fin de l'épisode 2x15
» joli sampler ....chez "Au pays des biscornus"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LIRE & ECRIRE :: "L'Héritage d'Amos"-
Sauter vers: